Les pilotes

David Philippaerts

L'Italien David Philippaerts emporte le titre de Champion du monde en 2008 sur une Yamaha YZ450FM.

Originaire de Belgique, le père de David Philippaerts s’installe en Italie très jeune. Il y rencontrera son épouse et de cette union naîtra David, le 7 décembre 1983 à Pietrasanta, ville de la province de Lucques en Toscane. La famille a toujours aimé le motocross : le grand-père paternel a d’ailleurs été deux fois Champion de Belgique tandis que le père fut mécano de pilotes professionnels, tel qu’Andréa Bartolini (Champion du monde 500 en 1999 sur Yamaha).


A l’âge de trois ans et demi, David fait ses débuts sur deux roues. Le « bambino » se prend au jeu et dispute ses premières compétitions de minicross à 10 ans dans la région de Romagna, car les Philippaerts ont déménagé à Imola quelque temps plus tôt. Le talent est là, le père s’occupe de la mécanique c’est au prix de nombreux sacrifices que David va réussir à percer, aidé par la suite par l’équipe d’Errezeta Motor (concessionnaire Yamaha  de Modena) et d’Andrea Bartolini.


En 1995, David termine second du Championnat minicross et deux ans plus tard, 4e du Championnat d’Italie en catégorie Cadet sur une Yamaha YZ125.  David quitte Yamaha pour Husqvarna puis pour Suzuki en 2002. Cette année-là, il finit 3e du Championnat d’Europe de motocross et deuxième du national. Il intègre l’écurie Errevi Vallerini l’année suivante et s’accapare le titre de Champion d’Italie en 2003, 2004 et 2005. Il participe alors à l’intégralité du Championnat du monde MX2 et obtient une 19e place finale au terme d’une saison d’apprentissage.

En 2005, David enclenche à la vitesse supérieure. Grâce à de bons résultats, il se voit proposer la machine d’usine de Tyla Rattray, blessé. Autre atout de taille : le quintuple Champion du monde George Jobe, conseille dorénavant David lors des courses et à l’entraînement, ce qui s’avère une aide précieuse à ce niveau de la compétition. Sur une 250 4T, David accroche trois victoires de manche, deux GP (France et Afrique du Sud) et 14 podiums en totalité.  Il termine à la 4e place du Championnat, ce qui lui permet d’intégrer le team officiel KTM l’année suivante. Outsider en 2006, il doit composer avec les redoutables pilotes que sont Christophe Pourcel et Antonio Cairoli. Le Français l’emportera, mais David  dévoile tout son talent en empochant 4 victoires.

A la recherche d’un nouveau challenge, David rejoint le MX1 en 2007 et prouve son adaptation à la cylindrée avec une victoire de manche au Portugal, lors du troisième round. Il remporte le GP d’Allemagne et termine 6e pour sa première année en catégorie reine.  Il se voit proposer un guidon d’usine dans le team Yamaha Rinaldi. La prise en main de la YZ450FM est rapide : il gagne une manche au Portugal, hérite par la même occasion de la plaque rouge de leader et empoche l’épreuve suivante en Bulgarie. Le numéro 19 impressionne, par ses remontées tonitruantes du fond du pack et sa vélocité dans le sable de Lierup contre les rivaux belges. Particulièrement consistant, David remporte le titre de champion du monde MX1 cette saison devant Steve Ramon et Ken de Dycker.

2009 ne se déroule pas aussi bien en raison de quelques pépins physiques – dont un doigt cassé au GP du Portugal – et Philippaerts doit se contenter de la 4e place finale. Il parvient à sauver sa saison sportive grâce au Motocross des nations où il termine deuxième de la manche MX2/Open,bien que pointé 15e au premier passage. L’année suivante, ‘DP19’ remporte quatre trophées et se bat pour la place de vice-champion derrière un Cairoli intraitable. Une blessure au genou contracté lors de l’étape italienne, à Fermo, ne lui permet de représenter son pays deux semaines plus tard au MX des Nations.

En 2011, Philippaerts partage le box avec le Français Steven Frossard dans l’équipe Monster Energy Yamaha. Avec Cairoli, Frossard, Desalle, Bobryshev, Nagl, la saison s’annonce particulièrement disputée. David signe un résultat blanc au Portugal, soufre de quelques coups de malchance en Allemagne (bris de frein, blocage contre la grille de départ) et se casse les deux poignets à l’entrainement, ce qui l’oblige à observer trois mois de convalescence. Impatient de revenir au plus haut niveau après l'échec de 2011, Philippaerts travaille dur au cours de l’hiver.  Le team Monster Energy Yamaha lui prêtera main-forte dans la course au titre MX1 qui s’annonce.

 

Palmarès
Année Résultats
2003Champion d'Italie 125
2004

Champion d'Italie 125

19e du Championnat du monde MX2

2005

Champion d'Italie 125

4e du Championnat du monde MX2

Vainqueur du GP de France

Vainqueur du GP d'Afrique du Sud

2006

3e du Championnat du monde MX2

Vainqueur du GP d'Italie

Vainqueur du GP de Grande-Bretagne

Vainqueur du GP de Suède

Vainqueur du GP de République Tchèque

2007

6e du Championnat du monde MX1

Vainqueur du GP d'Allemagne

2008

Champion du monde MX1

Vainqueur du GP de Bulgarie

Vainqueur du GP de République Tchèque

2009

4e du Championnat du monde MX1

Vainqueur du GP de Grande-Bretagne

2010

3e du Championnat du monde MX1

Vainqueur du GP de France

2011

9e du Championnat du monde MX1

Vainqueur du GP du Brésil



Merci d’avoir lu cet article.
Il a été partagé directement sur votre compte Facebook.
Vous pouvez le supprimer en cliquant ici
Modifier l’article
 

Galerie d'images

Jeremy Van Horebeek (2016) David Philippaerts (2008) Jeremy Van Horebeek (2014) Jeremy Van Horebeek (2014)

A lire sur le même thème

RETROUVEZ YAMAHA MOTOR FRANCE SUR…