Les pilotes

Jorge Lorenzo

Jorge Lorenzo né le 4 mai 1987 à Palma de Majorque, fait ses premiers tours de roues en mini moto à l’âge de trois ans et rapidement se prend au jeu de la compétition. C’est ainsi qu’en 1995, il décroche un titre de Champion des îles baléares et dès l’année suivante, devient Champion de Majorque en catégories mini cross, trial, mini moto et motocross. A dix ans, il découvre la vitesse et gagne la Coupe Aprilia 50 cm³ en 1998 et 1999. Talent précoce, Jorge obtient une dérogation pour disputer le championnat d'Espagne 125 cm³ à 13 ans, ce qui fait de lui le plus jeune pilote de cette série. À 14 ans, il se fait encore remarquer, plus jeune concurrent à remporter une manche du Championnat Européen 125 cm³.

Lorenzo doit attendre ses 15 ans pour être autorisé à prendre un départ d’épreuve en championnat du monde. Il manque ainsi les grands prix du Japon et d’Afrique du Sud 2002 et participe aux qualifications du GP d’Espagne, le jour de son 15e anniversaire. Sur une Derbi, cette saison se solde par une 21e position et 21 points marqués avec pour meilleur résultat une place de 7e au GP de Rio. L’année suivante, le Majorquin remporte sa première victoire lors du Grand Prix du Brésil et accroche la 12e position du classement général. Il effectue une troisième et dernière année sur Derbi et empoche cette fois trois victoires, ce qui lui permet de finir au 4e rang du championnat. En 2005, Jorge prend le départ de la saison 250 cm³ sur une Honda. Il monte à six reprises sur le podium et finit cinquième du championnat. Devenu pilote Aprilia l’année suivante, il s’approprie logiquement son premier titre de Champion du monde avec 8 succès. Il récidive en 2007 avec 9 victoires.

Exubérant, Lorenzo ne manque pas une occasion de se mettre en scène. Il n’hésite pas, par exemple, à planter dans le sol un drapeau portant l’inscription “Lorenzo’s land” lorsqu’il triomphe. Sa forte personnalité ne laisse pas indifférent les fans et l’arrivée du Majorquin en MotoGP constitue une réelle attraction. Si Lorenzo et Valentino Rossi sont partenaires dans l’équipe Fiat Yamaha, il n'en font pas moins « box à part », officiellement car le premier fait confiance à Michelin tandis que le second choisit Bridgestone.

Les débuts de Jorge impressionnent avec trois pôles et trois podiums aux trois premières épreuves. Au Grand Prix de Chine, Jorge Lorenzo chute lourdement aux essais libres en sortie de courbe. On lui diagnostique une fracture de la cheville droite, une coupure au talon, une contusion au genou gauche, mais il prend le départ de la course et termine 4e. D’autres blessures marquent sa saison mais une 4e place finale et un titre honorifique de Rookie of the Year récompensent son courage et son talent.

En 2009, Jorge Lorenzo change de management et de pneus (manufacturier unique oblige), mais garde sa place au sein du team Fiat Yamaha. Il abandonne le numéro 48 qui distinguait sa M1 en 2008 et adopte le 99, choisi par les lecteurs des quotidiens espagnols Marca et Sport. Plus serein, propre et précis, Lorenzo a beaucoup progressé. Lors du Grand Prix d’Espagne, Jorge et Valentino vont se livrer un duel de toute beauté durant les 25 tours de l’épreuve en se doublant de nombreuses fois. Au final, Rossi arrache un 99e succès en GP pour 95/1000e de seconde sur Lorenzo. Ce dernier, avec 4 victoires et 12 podiums s’offre une place de Vice-champion du monde avec 261 points derrière Valentino Rossi.

La saison 2010 sera celle de la concrétisation. Plus mature, Lorenzo fait figure de favoris. Bien que diminué par la fracture d’une main dans un accident de pocket bike pendant la pré-saison, il se bat et termine deuxième derrière Rossi au premier Grand Prix de la saison, au Qatar. Rossi se fracture le tibia droit au cours de la séance d’essais du Grand Prix d’Italie et Lorenzo prend la tête des opérations. Soutenu par Wilco Zeelenberg, ancien pilote et team manager en Mondial Supersport, le Majorquin s’applique à chaque course. Avec 9 victoires et 7 autres podiums sur 18 manches, il remporte son premier titre de Champion du monde MotoGP.

Il est rejoint par Ben Spies dans l’équipe Yamaha Factory Racing en 2011. La saison ne se déroule pas aussi bien que la précédente pour les pilotes de la YZR-M1, face à des adversaires disposant de matériel très performant. Lorenzo tente sa chance jusqu’au bout et s’impose dès que possible (3 fois), signant par ailleurs 7 podiums et 2 pôles positions. Blessé à l’annulaire de la main gauche suite à sa chute survenue lors du warm-up à Phillip Island, il laisse le champ libre à Casey Stoner et termine une nouvelle fois Vice-champion du monde.

La pré-saison 2012 est officiellement lancée à Sepang en février, où les pilotes MotoGP commencent à travailler sur leurs prototypes 1 000 cm³. Jorge Lorenzo (Yamaha Factory Racing Team Yamalube) est le plus rapide d’entre eux et monopolise la première position tout au long de la journée. Au guidon d’une inédite YZR-M1, il est alors le seul à franchir la barre des 2’02 (2’01.657).

Sur la nouvelle YZR-M1 1 000 cm³, Lorenzo démarre fort et s'impose dès la première course, au Qatar, à l'issue d'une rude bataille avec les pilotes du team Repsol Honda, Casey Stoner et Dani Pedrosa. Le Majorquin parvient ensuite à se maintenir sur le podium à chaque course, hormis celle d'Assen, où il se fait pércuter et sortir dès le premier virage. Il dispose d'une première balle de match en Malaisie mais ne parvient pas à battre Pedrosa.

Au Grand Prix d’Australie, 17e des 18 manches du Championnat du Monde MotoGP 2012, Jorge réalise le holeshot et tente de prendre le contrôle de la course mais il est vite rattrapé et doublé par son rival, Dani Pedrosa. Ce dernier, qui avait remporté 5 victoires sur les 6 courses précédentes, part cependant à la faute dès le début du 2e tour, en glissant sur un pneu encore trop froid, voyant alors ses espoirs de titre réduits à néant. Alors que Casey Stoner remporte une 6e victoire consécutive sur le circuit de Phillip Island, Jorge Lorenzo s’empare de son second titre mondial en MotoGP avec Yamaha et son 4e titre (250 et MotoGP), avec un total de seize podiums, dont cinq victoires, en dix-sept courses.

 

Palmarès
Année Résultats
1995Champion des îles baléares
1996Champion de Majorque en catégories mini cross, trial, mini moto et motocross
1997Vainqueur de la Coupe Aprilia 50 cm³
1998Vainqueur de la Coupe Aprilia 50 cm³
2002 21e du Championnat du monde 125 cm³
2003 12e du Championnat du monde 125 cm³ (1 victoire, 1 pole)
2004 4e du Championnat du monde 125 cm³ (3 victoires, 2 poles)
2005 5e du Championnat du monde 250 cm³ (4 poles)
2006Champion du monde 250 cm³ (8 victoires, 10 poles)
2007Champion du monde 250 cm³ (9 victoires, 9 poles)
20084e du Championnat du monde MotoGP (1 victoires, 4 poles)
2009Vice-champion du monde MotoGP (4 victoires, 5 poles)
2010Champion du monde MotoGP (9 victoires, 7 poles)
2011Vice-champion du monde MotoGP (3 victoires, 2 poles)
2012Champion du monde MotoGP (6 victoires, 7 poles)
2013Vice-champion du monde MotoGP (8 victoires, 4 poles)
20143e du Championnat du monde MotoGP (2 victoires, 1 pole)
2015Champion du monde MotoGP (7 victoires, 5 poles)



Merci d’avoir lu cet article.
Il a été partagé directement sur votre compte Facebook.
Vous pouvez le supprimer en cliquant ici
Modifier l’article
 

Galerie d'images

YZR-M1 Valentino Rossi (2017) YZR-M1 Valentino Rossi (2017) YZR-M1 Valentino Rossi (2017) YZR-M1 Valentino Rossi (2017)

RETROUVEZ YAMAHA MOTOR FRANCE SUR…