Les pilotes

Mike Bell

Mike Bell naît le 8 août 1957 à Los Angeles. Son père, Bill, est très connu dans le milieu moto : pilote lui-même et préparateur de talent de machine 4-temps de désert, il met naturellement le pied à l’étrier de son fils Mike. À 10 ans, celui-ci fait ses premiers tours de roues sur les collines avoisinantes et c’est 4 ans plus tard qu’il dispute sa première compétition. « Mon père ne voulait pas que j’entre dans le circuit avant d’être complètement prêt. C’était une bonne décision. Beaucoup d’enfants étaient déjà cramés à l’âge de 16 ans parce qu’ils roulaient depuis très longtemps et moi, je venais de commencer. »

Étant donné que le père de Mike travaille un magasin, il n’était pas très enthousiaste à l’idée de partir un week-end complet sur un événement moto. Les motocross de nuit sont donc privilégiés. « J’ai couru beaucoup d’épreuves de nuit à Ascot, Lyons et Irwindale » se souvient Bell. Devenu pro, cette expérience le servira grandement dans le championnat AMA de supercross.

Bell s’illustre dans les courses locales de la Californie du Sud et commence à gagner des sommes non négligeables, ce qui ne le pousse pas à tenter sa chance dans des épreuves nationales. Le round de Saddleback Park va le faire changer d’opinion, car il s’y impose avec autorité devant le pilote pro Jimmy Weinert (champion AMA de motocross 1974/1975 et de supercross 1976).  « Je pensais que si j’étais capable de battre un des meilleurs sur un terrain du coin, j’étais sans doute à la hauteur pour le National » se souvient Mike.

En 1977, Bell est incorporé à l’équipe DG Yamaha, prend le départ de ses premières courses pro et finit 4e du supercross de Los Angeles. Il remporte sa première victoire AMA en 1978 en catégorie 500 dans le Missouri et le week-end suivant, réalise la plus grosse performance de sa carrière de sportif en gagnant le Superbowl of Motocross dans le LA Coliseum, devant un Bob Hannah déchainé.

Il se blesse au genou quelques semaines plus tard et doit se contenter d’une 5e place finale en championnat de Supercross. Cette année, les pilotes européens le découvrent, alors qu’il termine 3e du GP500 des États-Unis à Carlsbad. 

En 1979, Mike Bell empoche les trois dernières courses en outdoor 500 mais manque le graal pour 3 points, derrière Danny Laporte. Il remporte sa première victoire supercross en stade (Seattle) et se classe 3e cette même saison.

L’année suivante, « Too Tall » comme on le surnomme alors en raison de sa très grande taille, réalise sa plus belle saison, décrochant 7 victoires en supercross – un record qui ne sera battu que 11 années plus tard – et le titre.

Les années qui suivent se montrent moins clémentes avec Mike Bell en raison de blessures aux genoux qui lui imposent de longues périodes de convalescence. En 1982, il s’adjuge tout de même un supercross (LA) et un motocross 500 (Washougal) puis récidive en 1983 encore en SX (Dallas) avant de mettre un terme à sa carrière sportive.  Au cours de 7 saisons pro, toutes réalisées au guidon de Yamaha entre 1977 et 1983, Mike remporta 20 victoires AMA National. En 2001, son nom est inscrit au AMA Motorcycle Hall of Fame, une distinction réservée aux Américains ayant particulièrement contribués à l’essor du sport moto.

 

Palmarès
AnnéeRésultats
1977

Champion du monde de motocross 4-temps

30e du Championnat AMA SX250

1978

5e du Championnat AMA SX250

14e du Championnat AMA MX500

1979

3e du Championnat AMA SX250

Vice-champion AMA MX500

1980

Champion AMA SX250

Vice-champion AMA MX250

1981

Vice-champion AMA SX250

Vice-champion AMA MX500

1982

4e du Championnat AMA MX500

18e du Championnat AMA SX250

1983

10e du Championnat AMA SX250

1986

39e du Championnat AMA SX125 West

198822e du Championnat AMA SX125 West
198928e du Championnat AMA SX125 West
Merci d’avoir lu cet article.
Il a été partagé directement sur votre compte Facebook.
Vous pouvez le supprimer en cliquant ici
Modifier l’article
 

Galerie d'images

YZ250F (2019) YZ250F (2019) YZ250F (2019)

RETROUVEZ YAMAHA MOTOR FRANCE SUR…